Travail d’équipe pour retrouver harmonie et équilibre


Harmonie & Equilibre

Devenez acteur du changement que vous voulez voir dans votre vie !

Cet accompagnement est destiné aux personnes qui souhaitent travailler sur des objectifs précis : Peurs/ Phobies/ Stress/ Anxiété/ Burn out/ Sommeil/
Vous avez besoin de retrouver de l’énergie, de la clarté, du calme, de l’assurance…
Que ce soit pour évoluer dans votre quotidien, dans votre entreprise ou améliorer votre équilibre de santé.
Je vous accompagne à découvrir votre potentiel de changement à travers l’hypnose.

Pour les plus courageux, je vous propose de clarifier ci-dessous, quelques notions. Bonne lecture !


Les peurs et phobies :

J’ai relevé 3 types de peurs, qui ne se travaillent pas de la même manière en cabinet et qui pourtant nous handicapent au quotidien. Il est important de comprendre la différence afin de mieux les aborder et d’en comprendre les mécanismes pour s’en extraire.

  • Les peurs apprises :

Vous êtes-vous déjà fait mordre par un chien quand vous étiez enfant ? Et depuis, peu importe la taille du chien, colosse ou chihuahua, vous tétanise.

Ou bien, vous avez vu un film avec des scènes violentes ou une ambiance particulière incluant de la musique angoissante, du noir, un métier particulier, un animal, un monstre, un viol, …
Un moment de votre existence vécu comme un traumatisme émotionnel auquel vous avez associé une image, une musique, un bruit, un lieu, un objet, un plat, un mot …
C’est ainsi que le mécanisme se met en place et que sans le savoir nous apprenons une peur.

  • Les peurs amygdaliennes :

Si je vous dit : araignées, souris, oiseaux, lézards, serpents ou autres bébêtes ragoutantes… Vous voyez de quoi je parle ? Ces insectes et animaux, on ne sait pas pourquoi, vous mettent dans des états proche de l’hystérie.
La peur du vide ou celle du dentiste par exemple peuvent aussi se définir comme des phobies du même type. Cette peur incontrôlée et incontrôlable vous handicape sans comprendre vraiment d’où elle vient. C’est l’amygdale qui joue son rôle de mise en garde face au danger. Cependant, à ce degrés, ce système d’alerte est en déséquilibre et son niveau est trop élevé.

  • Les peurs par accumulation :

Des traumas non-digérés, des maux et mots encaissés, des non-dits, de l’angoisse, de la peur accumulée, l’anxiété par anticipation, le stress…

Aujourd’hui, sans savoir comment cela a pu arriver, alors que vous aimiez conduire, c’est devenu une angoisse de prendre le volant.

Du stress au burn-out

Le stress, que j’ai voulu subdiviser pour une meilleure compréhension, est lié à plusieurs causes. Il peut être source de motivation, de stimulation et de dépassement de soi. Mais pour une courte ou moyenne période comme dans le travail ou dans le sport par exemple. En outre, quand le stress devient quotidien, il peut devenir néfaste. C’est pourquoi s’il n’est pas traité rapidement, il peut se transformer. Et donc évoluer de manière exponentielle, vers un état d’anxiété permanent. Pouvant dans certains cas, donner lieu à des crises d’angoisse et/ou de panique, plus ou moins violente et/ou récurrentes. Ce stress peut nous amener vers des peurs irraisonnées et même jusqu’à un sentiment d’incompétence extrême, pouvant aller jusqu’au burn-out.

  • Le stress :

Que ce soit physique, émotionnel ou comportemental, le stress a un impact sur notre état général. Cependant, il est bénéfique dans le sens où, il nous permet de mobiliser les ressources nécessaires à notre maintient en sécurité, en vie. C’est le principe de « fuite » ou d' »attaque », lié au syndrome général d’adaptation (réf : Hans Selye).
A contrario, une paralysie s’opère lorsque l’on ne peut, ni dominer la situation, ni la fuir, c’est ce que Henri Laborit a appelé : l’ inhibition de l’action.

On peut diviser le stress en 2 sous-catégories : Le « stress aigu » et le « stress chronique ».
En effet, on parlera, d’une part de stress « aigu », quand la situation est momentanée ( deuil, accident, perte financière …) ou en envisageant une situation part anticipation et que les symptômes réactionnels sont si intenses qu’ils nuisent aux occupations « normales » .
D’autre part, le stress « chronique », va dépendre de la personnalité anxiogène du sujet et de sa sensibilité à gérer ces agents stressants. Mais aussi d’une situation difficile qui perdure ou encore de successions d’évènements stressants.

  • L’anxiété :

Est essentiellement liée à une surestimation du danger dans une situation spécifique. Même si le danger peut exister partout, nous ne risquons pas de nous faire dévorer par un tigre au coin de la rue. Pourtant, une personne anxieuse va facilement imaginer qu’une catastrophe peut arriver n’importe où, n’importe quand, à n’importe qui, surtout à ses proches et aux gens qu’elle aime. Elle vit également de plein fouet le malheur des autres comme si c’était le sien, car elle va penser que ce malheur peut s’abattre sur elle aussi.
Je rajouterais, qu’une personne anxieuse a besoin d’approbation (même si elle ne retiendra que le commentaire négatif) et surtout de contrôler son environnement… ça la rassure !
Attention cependant, aux crises d’angoisse, voire de panique qui peuvent découler de cette anxiété exacerbée.

  • Le burn out :

Ce terme est communément employé dans le cadre du travail, il signifie plus précisément épuisement au travail. En effet, on l’utilise quand une personne très impliquée dans son travail, n’y trouve plus de plaisir ou d’intérêt. Par conséquent, la surcharge de travail, les demandes contradictoires, la pression, l’insécurité, le manque de moyens ou les conflits de valeur peuvent être des éléments déclencheurs du burn-out. Ainsi, quand les valeurs et le sens qui est donné à son métier se trouvent dégradés, dénués de sens, l’épuisement est général : c’est à dire physique, psychique et émotionnel. Cela se traduit également par une déshumanisation mais aussi la sensation de ne plus accomplir son travail correctement. Une perte de sens, de repère, de valeur, d’estime de soi. Laissant un amer sentiment de ne plus être à la hauteur dans ce domaine que l’on maîtrisait pourtant jusque là.

Le sommeil :

D’après les données de l’INSERM, 16 % de la population française souffre d’insomnie chronique. Et une personne sur 3, de troubles liés au sommeil. C’est dire l’importance de ce phénomène, sachant les conséquences que cela peut avoir dans tous les domaines de notre vie et notamment sur notre santé. Le sommeil est primordial et rentre en jeu dans de nombreuses fonctions biologiques de notre organisme. Un sommeil perturbé peut amener à la dépression sans s’en apercevoir, il est donc crucial d’agir rapidement.

  • Les troubles du sommeil :

Ils sont nombreux, on parle : d’insomnie, de réveils nocturne, de difficultés d’endormissement, de jambes sans repos, d’apnée du sommeil, de parasomnies, …. Les conséquences sont toutes aussi nombreuses : problèmes de mémoires, de concentration, d’attention, de poids, d’hypertension, d’affection, de fatigue chronique …
Ainsi, agir sur les désordres liés au sommeil, vous permettra de retrouver un équilibre psycho-émotionnel le jour et une sérénité durant vos nuits.

« En décidant de prendre soin de vous aujourd’hui, vous décidez de changer votre avenir ! »

ATTENTION : Tout accompagnement ne peut se substituer à un avis ou traitement médical. Convient à des personnes sans maladie grave ou pathologie psychologique.